8 avantages à adopter pour le contrôle de gestion

8 avantages à adopter pour le contrôle de gestion

27 janvier 2022 0 Par Zozo

Avant d’approfondir les avantages du contrôle de gestion, il est bon de comprendre pourquoi cette fonction métier prend de plus en plus d’importance dans le cadre des activités liées à la gestion d’une entreprise. Sur tous les marchés, il arrive que de nombreuses entreprises qui y opèrent sont désormais matures.

D’autres métiers, où les marges sont plus élevées, sont minés par des concurrents issus de secteurs voisins et à la recherche de nouvelles opportunités. Le risque de voir les machines éteintes ou le personnel inactif peut conduire à accepter des conditions qui couvrent parfois à peine les coûts. Le risque réel de ne pas recevoir d’ordres produit à son tour un autre risque : que tout événement imprévu puisse entraîner une perte.

Bien sûr, tout doit être fait pour éviter les batailles de prix, mais ce n’est pas toujours possible. Pour parvenir à un positionnement stratégique efficace et défendable, il faut du temps pour développer la capacité à améliorer continuellement ses performances.

1- Contrôle de gestion d’entreprise

C’est précisément la fonction première qu’un système de contrôle de gestion est appelé à remplir. Les choix entrepreneuriaux doivent toujours tenir compte des ressources disponibles.

Cette évaluation, ainsi que d’autres à caractère opérationnel et organisationnel, permettent de définir les activités qui doivent primer sur les autres.

Les décisions dans le domaine économique doivent toujours tenir compte du rapport coût/bénéfice, qu’il est bon de pouvoir mesurer de la manière la plus précise.

L’importance de trouver le bon comptable Saint-Gilles qui comprend les défis et les opportunités de votre entreprise est considérable, alors prenez le temps de choisir le bon membre de l’équipe pour vous.

2- Définir les objectifs

Pour améliorer votre entreprise, il est important de travailler vers des objectifs

Tout ce qui peut être mesuré peut également être amélioré. Qu’est ce que je veux dire?

Tous les objectifs commerciaux ne sont pas atteints, mais il est important de les définir à l’avance et en termes quantitatifs mesurables.

C’est un prérequis essentiel pour pouvoir exprimer concrètement tout l’engagement et la détermination nécessaires à l’obtention du résultat.

Ma suggestion s’applique naturellement aussi aux niveaux de prix et aux objectifs de marge. Il faut avoir la meilleure connaissance des différents niveaux de marges (avec et sans frais indirects et frais fixes), savoir jusqu’où aller avec le prix au client.

3- La durabilité économique et financière

Chaque choix opérationnel a une conséquence en termes économiques (factures d’achat et de vente) et en termes financiers (encaissements et paiements). Chaque décision devient ainsi une pièce qui s’inscrit dans la dynamique globale de l’entreprise.

Il est bon d’évaluer et de mesurer les effets de chaque décision, de rouler sans dépasser les « limitations de vitesse » ou d’éviter de commettre l’erreur inverse : tourner avec le frein à main serré.

4- Affiner et améliorer la capacité d’analyse

Graphique qui représente la progression de l’entreprise

Savoir immédiatement combien vous gagnez ou combien vous perdez : c’est un fait incontournable.

Par exemple, il est bon de savoir combien vous gagnez sur un client donné ou avec un produit spécifique par rapport à un autre, dans une certaine zone géographique ou avec ce vendeur en particulier.

De nos jours, il est inimaginable de se permettre de « faire le calcul » à la fin de l’année. En présence de concurrents agressifs, vous n’avez pas forcément à vous battre : vous êtes parfois confronté à des batailles perdues au départ.

Il est nécessaire d’identifier les domaines dans lesquels cela est possible et de conserver les marges les plus importantes, et de concentrer les efforts pour rendre les processus plus efficaces.

5- Définition des priorités : contrôle de gestion

En contrôle de gestion, c’est l’action conséquente de l’analyse. Les chiffres ne mentent jamais, et ils représentent un critère objectif pour définir l’ordre d’importance des projets d’entreprise.

6- La cohérence des décisions

La vision d’ensemble, en plus de définir des priorités, permet de donner cohérence et consistance aux choix d’affaires.

Les décisions individuelles doivent toujours être contextualisées par rapport au reste du système-entreprise, afin de les rendre cohérentes avec l’ensemble de l’organisation et ensuite compréhensibles et facilement adoptées par tous.

7- La coordination des activités de l’entreprise

Le modèle centralisé, selon lequel un seul décide et tous les autres exécutent, semble montrer des limites majeures dans un contexte de marché en évolution rapide qui requiert donc capacité et rapidité d’adaptation.

Le schéma de modèle centralisé fonctionne tant que tout est contrôlable visuellement, comme dans un magasin.

Dès que les fonctions commerciales, de production et administratives (typiquement celles-ci) sont articulées, il faut développer un système de délégations orienté sur les résultats et les objectifs, et non plus sur les « choses à faire » préalablement définies.

Pour obtenir une collaboration active de tous les collaborateurs, il est essentiel de définir la longueur d’onde sur laquelle accorder et organiser les idées de toutes les personnes impliquées. Le plus : il est indispensable de les faire appel pour proposer leur contribution active à l’amélioration continue de l’entreprise.

8- La motivation

Personne n’aime faire quelque chose mécaniquement, de plus cette approche baisse statistiquement le niveau de concentration et augmente donc la probabilité d’erreur.

Travailler vers des objectifs stimule la participation active de tous ceux qui ont été impliqués dans le processus d’analyse et dans l’identification des domaines d’amélioration de l’entreprise.